CORPUS HISTORIQUE ÉTAMPOIS
 
 Eugène Thoison
Les séjours des rois de France dans le Gâtinais
[Étampes, Étréchy, Farcheville, La Ferté-Alais]
1888 
 
 
     Ce travail de Thoison a naturellement énormément vieilli mais peut encore, peut-être, rendre des services? 
 
INTRODUCTION
ÉTAMPES
ÉTRÉCHY
FARCHEVILLE
LA FERTÉ-ALAIS
 
 
LES SÉJOURS DES ROIS DE FRANCE 
DANS LE GATINAIS
 
(481-1789) 
  
INTRODUCTION
[pp. V-XI]

     La liste ci-après n’est pas inédite, si l’on considère seulement que les renseignements qui la composent sont, pour la plupart, extraits de recueils imprimés. Mais la réunion de ces renseignements, leur groupement constitue un travail neuf et qui, nous l’espérons, pourra rendre quelques services à nos confrères en histoire gâtinaise. A ceux en effet qui habitent Paris, il épargnera un dépouillement long  et un peu fastidieux; à ceux qui n’ont point à leur disposition les grandes collections parisiennes, il fournira des notes qu’il leur serait bien difficile de trouver ailleurs. 
     Nous ne nous arrêtons pas à faire ressortir l’intérêt de ces notes, si laconiques soient-elles. Pour les villages surtout, il est incontestable que la visite ou le séjour d’un roi constitue un des éléments les plus marquants de l’histoire locale et qu’il n’est pas permis de négliger dans les monographies que ces villages réclament. L’abbé Lebeuf le dit d’une façon très précise: 
     «Non seulement elles (les notes qu’il vient de relever) feront plaisir à ceux qui sont seigneurs des bourgs et villages où la cour de France  fait quelque résidence, en faisant connaître que tels et tels lieux sont anciens et ont été jugés dignes dans le temps de servir d’hospice à nos Rois, mais La liste ci-après n’est pas inédite, si l’on considère seulement que les renseignements qui la composent sont, pour la plupart, extraits de recueils imprimés. Mais la réunion de ces renseignements, leur groupement constitue un travail neuf et qui, nous l’espérons, pourra rendre quelques services à nos confrères en histoire gâtinaise. A ceux en effet qui habitent Paris, il épargnera un dépouillement long  et un peu fastidieux; à ceux qui n’ont point à leur disposition les grandes collections parisiennes, il fournira des notes qu’il leur serait bien difficile de trouver ailleurs. 
     Nous ne nous arrêtons pas à faire ressortir l’intérêt de ces notes, si laconiques soient-elles. Pour les villages surtout, il est incontestable que la visite ou le séjour d’un roi constitue un des éléments les plus marquants de l’histoire locale et qu’il n’est pas permis de négliger dans les monographies que ces villages réclament. L’abbé Lebeuf le dit d’une façon très précise: 
     «Non seulement elles (les notes qu’il vient de relever) feront plaisir à ceux qui sont seigneurs des bourgs et villages où la cour de France  fait quelque résidence, en faisant connaître que tels et tels lieux sont anciens et ont été jugés dignes dans le temps de servir d’hospice à nos Rois, mais [p.VI] elles mettront ceux qui nous succèderont en état de juger plus sûrement des découvertes qui peuvent y être faites par la suite (a).»  
     (a) Mémoire sur l’usage d’écrire sur des tablettes de cire, etc.
     Nous avons classé nos renseignements de deux façons: d’abord, par ordre alphabétique de localités, en comprenant dans une seule liste celles du Gâtinais et celles du Hurepoix. C’est ici que nous donnons les dates — exactes ou approximatives — des visites royales. Puis, dans une table chronologique des Rois, nous indiquons pour chacun d’eux les lieux de séjour que nous avons pu relever. 
     Rien n’est plus difficile à fixer que les limites des pays de Hurepoix et de Gâtinais, celles du Hurepoix surtout qui ne fut jamais une division féodale ou politique. M. A. Longnon a publié sur cette question  un intéressant travail dans le tome Ier des Mémoires de la Société de l’Histoire de Paris, et nous croyons savoir que notre excellent collègue à la Société historique du Gâtinais, M. P. Quesvers, prépare une note à ce sujet pour le tome III de la nouvelle édition de Dom Morin. Nous n’avons donc pas la prétention de trancher incidemment la question que nous croyons d’ailleurs à peu près insoluble, aucun document sérieux ne pouvant aider à la résoudre, — les actes officiels eux-mêmes ne sont pas toujours d’accord, — et les limites ayant varié incessamment avec les époques et la fantaisie des géographes. Comme, d’un autre côté, l’intérêt de notre travail n’est pas là, nous nous sommes fait à nous-même une délimitation: nouis acceptons pour le Gâtinais la carte à peu près certaine qu’en a dressée le regretté Ed. Michel pour ses Monuments religieux, civils et militaires; quant au Hurepoix, nous le bornons aux cantons d’Arpajon et de Corbeil (ce dernier pour la partie à l’Ouest de la Seine) et l’arrondissement tout entier d’Étampes. En nous étendant davantage, nous n’avions plus de raison pour nous arrêter et nous allions avec M. Longnon à l’ouest, jusqu’à Rambouillet, et au nord, jusqu’à Paris inclusivement, au moins jusqu’au quartiers de la rive gauche. [p.VII]

     Un complément très intéressant de notre travail serait l’étude des palais, châteaux, monastères, maisons habitées par les Rois. Cette étude nécessiterait des recherches très étendues et qui, la plupart du temps, ne pourraient être fructueusement faites que sur place et dans les archives locales. Nous n’avons pas cru pouvoir nous y engager. Cependant nous avons donné en notes, toutes les fois que cela nous a été possible, des indications sommaires sur les châteaux ou résidences princières qui ont pu «servir d’hospice» aux monarques, empruntant nos renseignements surtout aux anciens historiens dont les ouvrages sont devenus rares. C’est le même désir de signaler les ressources de collections peu communes qui nous a fait mentionner un certain nombre de vues anciennes des villes, bourgs ou châteaux dont nous parlons, — à l’exception toutefois du palais de Fontainebleau.   

     Nous avons suivi pour le nom des localités l’orthographe du Dictionnaire des Postes. Toutes nos dates sont ramenées au nouveau style. Ce signe (  ) indique que le séjour ou le passage se place à une époque indéterminée entre les deux dates extrêmes. Enfin l’astérisque * qui précède plusieurs noms signifie que l’attribution ou l’identification est douteuse.   

     On vient de lire la Préface d’une brochure que je comptais faire imprimer et publier moi-même, et pour la préparation de laquelle je m’étais surtout adressé aux sources imprimées. La Société historique et archéologique du Gâtinais m’ayant fait l’honneur, sur le vu des premières pages tirées, d’adopter cette publication (b), je n’ai pas cru pouvoir la mieux remercier de sa bienveillance qu’en travaillant à compléter et à améliorer mon œuvre primitive. J’ai donc entrepris et continué, tandis que l’impression se poursuivait, le dépouillement de nombreuses collections manuscrites. En même temps, et pour me servir de [p.VIII] vérification, je dressais — non certes complet, mais déjà très approximatif — l’itinéraire général des Rois. Il est résulté de ce double travail, d’abord un SUPPLÉMENT, d’une certaine importance pour les localités dont le nom commence par une des premières lettres de l’alphabet; puis des NOTES ET CORRECTIONS sur lesquelles j’appelle toute l’attention de mes lecteurs, les suppliant de reporter, chacun sur son exemplaire, les rectifications indiquées (c).   
     (b) L’initiative de cette décision revenant au secrétaire de notre Société, M. H. Stein, c’est lui que j’ai le plaisir d’en remercier ici, en même temps que des nombreuses indications qu’il m’a gracieusement communiquées.



     (c) Ces rectifications sont déjà trop nombreuses et leur nombre s’augmentera sans doute encore. Qu’il me soit permis pourtant de constater que je donne ci-après, notes non comprises, 11370 dates, sur lesquelles 32 sont erronées ou douteuses.

     Ne pouvant, sous peine de donner au volume des proportions exagérées, justifier chacune de mes dates, j’ai pris le parti:   

     1° D’indiquer les sources manuscrites, sauf celles dont on trouvera la liste ci-dessous;   

     2° D’omettre l’indication des sources imprimées toutes les fois qu’il s’agissait d’un recueil de documents ou d’un ouvrage spécial à un ou plusieurs règnes déterminés.    

     Donc les dates non justifiées sont empruntées:   

     A: aux recueils suivants:   

     1° Gaignières, Séjour des Rois en différentes villes, B.N., mss. f. fr., n°20345.   

     Ce volume est un recueil factice de papiers de toutes formes et de toutes dimensions sur lesquels Gaignières écrivait, au hasard de ses travaux et sans ordre ni chronologique ni géographique, les séjours des rois. On y compterait peut-être 15,000 indications; elles ne sont pas toutes très sûres. Je dois à ce recueil plusieurs de mes erreurs.    

     2° D’Aubais, Itinéraire des Rois de Louis VII à Louis XIV.   

     Fait partie du tome Ier des Pièces fugitives pour servir à l’histoire de France, Paris, 1759, in-8°. Cet intinéraire, souvent pillé, rarement cité, est incomplet, mais généralement exact.   

     [p.IX]Table chronologique des Diplômes, etc., commencée par Bréquigny, continuée par Pardessus et Laboulaye. Paris, 1769-1876, 8 vol. in-f°.   

     4° Ordonnances des Rois de la troisième race, recueillies par de Laurière, Bréquigny, Pardessus et Pastoret. Paris, 1723-1849, 21 vol. in-f° et 2 vol. de tables.   

     5° Veterum Scriptorum et monumentorum historicorum, etc., amplissima Collectio, publiée par dom Martène et dom Durand. Paris, 1724-1733, 9 vol. in f°.   

     6° Monuments historiques, cartons des Rois, publ. par J. Tardif. Paris, 1866, in-4°.   

     7° Layettes du Trésor des Chartes, publ. par A. Teulet. Paris, 1863-1875, 3 vol. in-4°.   

     8° Inventaires des titres de la maison ducale de Bourbon, par Huillard-Bréholles et M. Lecoy de la Marche. Paris, 1867-1874, 2 vol. in-4°.   

     9° Index chronologicus Chartarum pertinentium ad historiam Universitatis Parisiensis, par Ch. Jourdain. Paris, 1862, in-F°.   

     10° Cartulaire général de l’Yonne et Recueil de pièces du XIIIe siècle pour faire suite au Cartulaire, par M. M. Quantin. Auxerre, 1854-1873, 2 vol. in-4° et 1 vol. in-8°.   

     11° Catalogue des manuscrits français de la Bibliothèque nationale, ancien fonds. Paris, 1869-1881, 3 vol. in-4°. (Le tome IV en partie imprimé, mais non publié (d).  


    (d) J’ai dû consulter, et j’ai dépouillé en effet, bien d’autres collections; je ne les indique pas ici soit parce qu’elle ne m’ont rien fourni, soit parce que je les cite dans mes notes. Je rappelerai seulement: la Collection des documents inédits de l’histoire de France; les Chroniques et Mémoires sur l’histoire de France (éd. Guizot, Buchon, Michaud et Poujoulat, Petitot).

     B: aux ouvrages suivants:   

     1° C. Pfister, Études sur les actes du roi Robert. Paris, 1885, in-8°.   

     2° A. Luchaire, Tableau comparé des séjours des Rois de France de 987 à 1137. (Robert, Henri Ier, Philippe Ier, Louis VI.)   

     Se trouve p. 329 du tome II des Institutions monarchiques sous les premiers Capétiens, Paris, 1883, 2 vol. in-8°.   

     3° A. Luchaire, Table chronologique des séjours de Louis VII.   

     Dans l’Introduction aux Études sur les actes de Louis VII, Paris, 1885, in-folio.   

     4° L. Delisle, Table chronologique des séjours de Philippe-Auguste.   

     Dans l’Introduction au Catalogue des actes de Philippe-Auguste, Paris, 1856, in-8°.   

     5° Mansiones et Itinera. Louis IX, Philippe III, Philippe IV, Louis X, Philippe V, Charles IV.   

     Pages L-LII, 409-499 du tome XXI du Recueil des historiens de France, avec important supplément p. XXXV-XLI du tome XXII, Paris, 1855-1865. in-folio.   

     6° A. Baudouin, Lettres inédites de Philippe le Bel, Paris, 1887, in-8°.   

     7° L. Delisle, Mandements et actes divers de Charles V, Paris, 1874, 1874, in-4°.   

     8° Vallet de Viriville, Itinéraires de Charles VII.   

     Conservé en mss. A la B.N., sous les n°s 5084-5085 des nouv. Acquisitions françaises.   

     9° Mlle Dupont, Itinéraires de Louis XI.   

     En la possession aujourd’hui de l’un des éditeurs des Lettres de [p.XI] Louis XI, M. J. Vaescu, qui a bien voulu en extraire pour moi ce qui intéresse le Gâtinais.   

     10° P. Pélicier, Itinéraire de Charles VIII (1483-1491).   

     A la suite de l’Essai sur le gouvernement de la dame de Beaujeu, Chartres, 1883, in-8°.   

     11° Catalogue des actes de François Ier, publ. par l’Académie des sciences morales et politiques.   

     Le Ier volume, Paris, 1887, in-4°, de cet ouvrage, qui en comprendra quatre, vient de paraître. Les bonnes feuilles de ce Ier vol. et les épreuves des suivants m’ont été très obligeamment communiquées.   

     12° Guadet, Itinéraire de Henri IV.   

     Fait partie du tome IX des Lettres misives, Paris, 1876, in-4°.   

     13° Héroard, Journal de la vie active de Louis XIII (1602-1628, avec des lacunes).   

     J’ai eu le tort de me borner d’abord au dépouillement de l’édition de ce Journal donnée en 2 vol. in-8° par E. Soulié et M. E. de Barthélemy. J’ai dû plus tard avoir recours au ms. Original. B.N. mass. Fr., n°s 4022 à 4027.   

     14° La Gazette de France (30 mai 1631 - 5 mai 1789), 159 volumes in-f°.   

     15° Fagon, Journal de la santé du roi Louis XIV (1647-1711), publ. Par J.-A. Le Roi, Paris, 1862, in-8°.   

     16° Journal de Dangeau, publié par MM. Soulié, Dussieux, de Chennevières, Mantz et de Montaiglon. Paris, 1854-1860, 19 vol. in-8°.   

     Je termine en exprimant le vœu sincère que l’utilité de mon travail soit en raison de la peine qu’il m’a coûtée.   
      

E. THOISON.
Paris, le 31 décembre 1887.



ÉTAMPES (1)
[pp. 28-32]


LOTHAIRE II 978.
ROBERT 1030 (2) — (avant le 1er mars 1031).
PHILIPPE Ier (3) 1060.

1073.

1082.

1085. [p.29]

1086 — x mars(4).

1095 — x mars.
LOUIS VI 1110 — 14 septembre.

1111.

1112.

1113.

1119 (5).

1121.

1123 — (29 juillet — 5 avril 1124).

1131 — (19 avril —29 juillet).
LOUIS VII 1141 — (1er août —18 avril 1142).

1142 — (1er août — 3 avril 1143).

1144 — (26 mars — 14 avril 1445 31 juillet) (6).

1146 — (1er août — 19 avril 1147).

1147 — 16 au 18 février. — (20  avril — 8 juin).

1152 — (14 octobre — 18 avril 1153).

1154 — (1er août — 26 mars 1155).

1556 — 25 décembre.

1157 — (31 mars — 19 avril 1158).

1158 — (20 avril — 11 avril 1159),  
(1er août — 11 avril 1159).

1162 — (1er août — 23 mars 1163).

1163 — (24 mars — 11 avril 1164), (1er août — 11 avril 1164).

1168 — (1er août — 19 avril 1169).

1169 — (20 avril — 4 avril 1170), (22 août — 4 avril 1170). [p.30]

1171 — (28 mars — 31 juillet).

1172 — (16 avril — 11 novembre).

1175 — (13 avril — 2 avril 1176). 

1178 — ( 9 avril — 31 mars 1179).
PHILIPPE II 1183 — (17 avril — 31 octobre).

1190 — x mai.

1194 — x novembre.

1196 — x mars.

1221 — (11 avril — x juillet).
LOUIS IX 1246 — x avril.

1247 — 2 juillet.

1248 — x mai 8 mai (7).

1254 — x octobre.

1255 — x avril, x octobre.

1256 — 9 décembre.

1257 — x décembre.

1260 — x juillet.
PHILIPPE III 1278 — x novembre.
CHARLES VI 1411 — 6 décembre (8).
LOUIS XI 1461 — 29 septembre.

1466 — 21 et 22, 24 ou 26, 28 septembre.

1467 — 19, 24 au 26 juillet, 3, 7, 9 août.

1468 — x novembre. [p.31]
CHARLES VIII 1484 — 23 avril.

1488 — 2 mars, 11 novembre.

1492 — 26 juillet.
LOUIS XII 1498 — 4 mai, 11 (9) au 19 (10) août

1502 — 8 avril.

1503 — 27 mai.

1513 — 26 mai.

1514 — x à 20 (11) mars, 28, 30 août, 5 septembre.
FRANÇOIS Ier 1523 — 18 juin (12).

1526 — 28 octobre.
CHARLES IX 1562 — 4, 9, 12, 14, 22 juin, 18 au 21 septembre.
HENRI III 1576 — 13 novembre.

1587 — 12 septembre.

1589 — 4 juillet.
HENRI IV 1589 — 5 au 11 novembre.

1591 — 11 février.

1592 — 15 (13), 20 (14) au 23 novembre. [p.31]
LOUIS XIII 1614 — 6 et 7 juillet.

1631 — 13 et 14 mars.
LOUIS XIV 1652 — 29 mai (15).

1668 — 25 septembre (16), 18 octobre (17).
LOUIS XV 1745 — 20 au 22 février (18).
     (1) Chef-lieu d’arrondissement (Seine-et-Oise). Consulter: dom Fleureau, les Antiquités d’Étampes, et les travaux de notre excellent collègue, M. L. Marquis. — Voir la pl. 23 de Chastillon: «Estample, ville grande et vague...», du même: «le donjon antique du chasteau Estemple.» Tassin, IIe partie, p. 215, donne le profil d’E— et Mérian (Topographie de l’Univers) a une vue de la ville et du château.  
 
     (2) Cette année 1030 est la seule où nous ayons pu constater la présence du roi Robert à É—, mais ce roi y fit certainement d’autres séjours, puisque «Étampes était alors le siège du royaume, c’est-à-dire la résidence du roi Robert» Lancelot). La reine Constance y avait fait bâtir un palais (moine Helgaud). C’est aujourd’hui le «château du Séjour.» Correction de l'auteur, pp. 180-181: C’était au moyen âge le château du Séjour; c’est aujourd’hui le Palais de Justice.   

    
(3)
De Montrond, Essais historiques sur Étampes, parle de «plusieurs diplômes du roi Henri Ier datés du palais d’Étampes,» mais il n’en cite aucun et nous n’en avons pas trouvé.  

     (4) Montrond, Op. cit., t. Ier, p. 205.

     (5) L. Marquis, Les rues d’Étampes, p. 4.

     (6) daprès la correction de l’auteur, p. 181: Lisez: 1144 — (26 mars — 31 juillet).  

     (7) daprès la correction de l’auteur, p. 181: Lisez: 8 mai. Cartulaire de l'abbaye Notre-Dame-des-Vaux de Cernay, ch. CCCCLXI.  

     (8) Juvénal des Ursins est le seul qui fasse venir Charles VI au siège d’É—. Le Religieux de Saint-Denis, le Bourgeois de Paris, et Monstrelet ne parlent que du duc de Guyenne (ou d’Aquitaine), et dom Fleureau dit expressément que le Roi n’y fut pas. Cependant on a une ordonnance d’Étampes, 6 décembre. (Blanchard — Compilation chronologique, etc., t. Ier, col. 220, en bas.)  

     (9) Réception à l’auberge de la Fontaine, rue S. Jacques, par le roi, des ambassadeurs véntiens. (L. Marquis. Op. cit., p. 114).  

     (10) Le roi souscrit ce jour-là l’engagement solennel d’épouser Anne de Bretagne dans le délai d’un an.  

     (11) «Questa mattina è partito di qui il Cristianissimo...» (Étampes, 20 mars, Négociations avec la Toscane, t. II, p. 608).  

     (12) B.N., mss. Bréquigny, vol. 141, Ordonnances, f°51. Corrigé par l'auteur p. 181: Supprimez cette date. On trouve à cette date dans les fiches préparées par Bréquigny pour ses Ordonnances, des lettres datées d’Étampes; les mêmes le sont de Stains dans le Catalogue des actes de François Ier; deux mandements du même jours sont datés de Paris; mais une lettre missive écrite de Stains, le 20 juin (Arch. hist. du Poitou, t. IV, p. 286) tranche la difficulté.  
  

     (13-14) L. Delisle, Itinéraires des Rois, etc., B.N., mss. fonds des catalogues. — D’après M. Guadet, le roi est le 15 à Arpajon, ce qui est très conciliable, mais il est, d’après L’Estoile, le 20 aux environs de Corbie. Se pourrait-il que L’Estoile eût raison? Il y a en effet un hameau d’Etampes dans la commune de Corbie.  

     (15) Il n’est pas très exact de dire que Louis XIV vint à Étampes ce jour-là; le Roi vint seulement visiter les travaux du siège; E—, on le sait, était occupée par l’armée des Frondeurs. Rectifions à ce propos une petite erreur de R. Hémard. Celui-ci (La guerre d’Etampes en 1652) dit: «Le Roy, durant e siège, vint de Melun faire un tour au camp et logea au château de Brières.» M. Pinson, qui a publié ce recit dans les Annales de la Société historique du Gâtinais (t. Ier, 1883, p. 219; t. II, 1884, p. 11), met en note: « Le roi vint le 29 mai,»sans remarquer que le roi était alors à CORBEIL et non à MELUN.) Cette date du 29 mai estd’ailleurs exacte; nous lisons dans Dubuisson (Journal des guerres civiles, t. II, p. 230): «Mardi 28, avis de Corbeil que le roi en est parti avant jour... pour aller voir son armée.» Enfin les mémoires de Delaporte, valet de chambre de Louis XIV, disent expressément, p. 284, que le Roi partit de Corbeil.  

     (16-17) Ces deux jours le roi et la reine logent à l’hôtel des Trois-Rois-Maures. (L. Marquis. Op. cit., p. 115.)  

     (18) On disposa pour le roi la maison de M. Rousse de Saint-André, située rue Saint-Antoine, en face du collège des Barnabites. (Montrond, Op. cit., t. II, p. 138.)  

ÉTRÉCHY (19)   
[pp. 32-33]

LOUIS XI 1461 — x septembre.

1465 — 15 juillet.

1468 —27 novembre.
      (19) Canton et arrondissement d’ÉTAMPES (Seine-et-Oise). On l’appelait autrefois E—-le-Larron. Dom Morin donne tout au long l’explication de ce peu flatteur surnom.

FARCHEVILLE (20)
[p. 33]

LOUIS XIII 1623 — 23 mai
      (20) Commune de Bouville, canton et arrondissement d’ÉTAMPES (Seine-et-Oise). Le château de F— est à 10 kilom. A l’est d’Étampes.Cette forteresse résistait encore aux Anglais en janvier 1428. (Longnon, L’étendue de la domination anglaise à l’époque de Jeanne d’Arc, p. 43.) 

FERTÉ-ALAIS (LA) (21)
[p. 36]

LOUIS VI 1108 (22).
PHILIPPE V 1317 — 4 et x décembre.
PHILIPPE VI 1350 — x août (23).
CHARLES VIII 1492 — 23 août (24).
LOUIS XII 1498 — 10 août.
HENRI IV 1605 — 31 mai.
     (21) Chef-lieu de canton, arrondissement d’Étampes (Seine-et-Oise). Le château de la F— A—, avec la châtellenie, a été vendu par Et. Dumont-Saint-Jean à saint Louis, en 1259, moyennant 300 livres de rente, et revendu par Philippe IV, en avril 1307, à Louis, comte d’Evreux, son frère.  
 
     (22) Voir sur la prise de La F— A— par Louis VI: Note sur la Ferté-Alais, par M. A. Mallet, dans les Mémoires de la Société des sciences morales, etc., de Seine-et-Oise, t. XII (1880), p. 87.  
 
     (23) Trésor des Chartes. Arch. Nat. JJ. 78, n°262.
     (24) B.N. mss. Bréquigny, vol. 141. Ordonnances, f°24  
 
     Source: Eugène THOISON, Les séjours des rois de France dans le Gâtinais, 1888, d'après l’édition numérique (en mode image) de la BNF (2001). Sélection et saisie en mode texte: Bernard Gineste, octobre 2001.
BIBLIOGRAPHIE PROVISOIRE
        
Éditions
     Eugène THOISON [membre de la Société historique du Gâtinais], Les séjours des rois de France dans le Gâtinais, 481-1789 [XII+199 p.], Paris, Alph. Picard & Orléans, H. Herluison [«Société historique et archéologique du Gâtinais» 2], 1888 [d’où l’édition numérique (en mode image) de la BNF, gallica.bnf.fr (2001), N035126, http://gallica.bnf.fr/scripts/ConsultationTout.exe?E=0&O=N035126, en ligne en 2003 [dans cette édition en ligne il faudrait surtout signaler au lecteur les pages de corrections, 180-187].



Toute critique, correction ou contribution sera la bienvenue. Any criticism or contribution welcome.
 
Explicit
   
SommaireNouveautésBeaux-ArtsHistoireLittératureTextes latinsMoyen Age NumismatiqueLiensRemerciementsAssociationNous écrire - Mail